Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 00:23

2,5/5 - VENDREDI 13 (2009)

La moyenne pour une version 2009 de la saga Vendredi 13, dans laquelle Jason ne décime pas un, mais 2 groupes de jeunes désinvoltes. On a pas vraiment peur, on n'est pas tout à fait dégoûtés, on est parfois un peu stressé, on ne va pas jusqu'à s'ennuyer, les filles sont plutôt jolies, les mecs sont plutôt pas mal, les filles et les mecs sont plutôt ringards et inconscients et Jason est plutôt insensible. On est donc jamais au top, ni au fond du gouffre, mais on oscille plutôt autour d'un niveau moyen dans tous les domaines.

Rien de transcendant donc que nous offre Marcus Nispel, ce réalisateur allemand qui s'était déjà attaqué aux légendaires Massacre à la tronçonneuse (2003) et Frankenstein (2004), et à l'épique Pathfinder (2006). La référence de ce Vendredi 13 est bien entendu le chapitre 2 de la légendaire saga, celui où Jason devient Jason, où il trouve notamment le masque qu'il portera dans la suite des films. Pour rappel, dans le chapitre 1, Jason est quasiment inexistant, puisque c'est bien Pamela, sa mère, qui massacre les jeunes vacanciers. Jason ne fait, dans ce premier chapitre, qu'une brève apparition finale qui sonne comme un avertissement à l'horreur à venir.

C'est la deuxième fois, après Massacre à la tronçonneuse, qu'il travaille avec les productions Platinum Dunes, qui ont également produit des mises à jour de films d'épouvante célèbres tels que Amytiville, Hitcher, Freddy - Les Griffes de la nuit et bientôt Rosemary's Baby et Les Oiseaux.

 

Vendredi 13, c'est aussi une leçon de vie, un film éducatif destiné à notre jeunesse adolescente toujours plus étrangère aux règles élémentaires de la bienséance. Au travers d'exemples illustrés avec beaucoup de réalisme, le jeune, peu au clair avec certains principes du savoir-vivre, se voit offrir les clés pour un revirement vers une attitude plus juste. On y apprend par exemple qu'il n'est pas bien de fumer de la drogue, de voler les affaires de ses amis, d'entrer chez les gens ou de faire l'amour avant le mariage. Ce dernier acte fait même l'objet de deux exemples fort bien illustrés. On pourra ensuite discuter des punitions infligées par Jason, qui parfois peuvent paraître excessives. On vous laisse seul juge.

Au niveau du casting, personne de bien connu mais certains visages familiers. Jared Padalecki, vous l'avez sûrement vu dans les séries TV Supernatural ou Gilmore Girls, ou dans les films d'épouvante La Maison de cire (2004) et Cry Wolf (2005). Amanda Righetti, évidemment vue dans la série Le Mentaliste. Pas de poids lourd donc, ni même de poids plume dans la catégorie des semi professionnels, mais après tout, nul besoin d'être Bruce Willis pour se faire zigouiller après 3 minutes de films. Quant à Jason, il est interprété pour la première fois par Derek Mears.

Un film sans grande surprise donc, à prendre comme il vient, qui convient particulièrement à une soirée détente/épouvante. Jason est fidèle à lui-même, avec son sale caractère et sa brutalité sans concession. Il innove sans cesse dans la manière d'aborder la question du meurtre, ce qui n'est évidemment pas pour en déplaire au spectateur, qui ne demande que ca.

Vendredi-13.jpgVendredi-13-4.jpeg

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 2 -5-5
commenter cet article

commentaires