Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 12:05

4,5/5 - SCUM (Aucune psychologie, sauf dans les coups)

Scum est le premier film d'Alan Clarke, réalisé en 1979. A l'origine, Scum est un téléfilm produit par la télévision britannique, en 1977. Entre le reportage et la fiction, il donne une image très réaliste des conditions de brutalité totale qui règne dans les maisons de correction d'alors. C'est d'ailleurs pour cette violence, et sans doute ce réalisme trop poussé, que ce film sera mis de côté. Alan Clarke rachète alors les droits et en réalise une adaptation deux ans plus tard pour le cinéma, reprenant la plupart des acteurs du téléfilm.

On suit alors trois jeunes qui arrivent dans une maison de correction, ou de redressement, peu importe le nom qu'on lui donne. L'accueil est difficile pour Carlin, Davis et Toyne. Pas la moindre trace de psychologie dans l'attitude des matons, uniquement un traitement brutal, violent et humiliant, souvent absurde. Chacun va essayer de s'adapter dans un milieu qui n'offre pas la moindre chance de réinsertion. Au contraire, cette jungle ne peut que rendre ses habitants plus violents, plus sauvages qu'ils ne l'étaient en arrivant. Les matons ferment les yeux sur les luttes d'influence qui règnent dans l'établissement et la suprématie du jeune Banks, pensant ainsi mieux contrôler les jeunes délinquants. Ceux qui font la loi ne sont donc jamais punis, et ce sont les faibles qui payent.

Au milieu de cette violence, il y a Archer. Placé pour avoir falsifié des factures, il se distingue des autres en faisant respecter ses convictions comme le fait d'être végétarien ou athée. Il ne porte donc pas de chaussures, le cuire provenant de source animal, et oblige l'établissement à lui déléguer un gardien personnel le dimanche, pendant la messe, puisqu'il est athée. Celui qui paraît être le plus instruit de tous réclame de pouvoir disposer de plus de livre, en vain. On lui a notamment confisqué ses Dostoïevski, jugé non adaptés dans un tel établissement.

Beaucoup de critiques donc, sur "un système de répression qui ne marche pas", comme le dit Archer à un gardien. Quand celui-ci lui demande ce qu'il ferait de tous ces jeunes délinquants, il ajoute : "d'abords, je les écouterais". C'est à n'en pas douter Alan Clarke qui s'exprime par la bouche d'Archer. La délinquance juvénile passionne le cinéaste, et c'est avec ce même sujet qu'il renouera trois ans plus tard, avec Made in Britain.

31 ans plus tard, un très bon remake américain sera réalisé par Kim Chapiron, portant le titre de Dog Pound.

Scum---2.jpgScum---1.jpg

Scum.jpgScum---3.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 4 -5-5
commenter cet article

commentaires