Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 23:42

4,5/5 - POINT LIMITE et DOCTEUR FOLAMOUR (Erreur fatale)

Film réalisé par Sidney Lumet en 1964, Point Limite (Fail Safe) décrit le processus d'une attaque nucléaire fortuite sur la Russie, qu'il faudra à tout prix enrayer. En dernier recours, c'est la guerre nucléaire qu'il faudra, coûte que coûte, éviter.

Cette belle réalisation de Sidney Lumet, se situe en pleine guerre froide, et quelques mois après le Docteur Folamour (Dr. Strangelove or : How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb) de Stanley Kubrick. Les deux films ont un scénario de base identique mais une réalisation totalement opposée. Tous deux nous montrent la direction des opérations, à partir des points stratégiques du gouvernement américain. Cependant où Kubrick racontait l'histoire d'une manière hautement sarcastique, avec des personnages survoltés et parfois carrément cinglés, Lumet nous décrit la situation avec réalisme et gravité, s'appuyant sur des personnages sérieux et responsables.

Tous deux nous exposent les dangers découlant d'une escalade de l'armement, mêlée à une psychose faussant tous jugements. Pour cela, ils font pénétrer le spectateur dans les salles secrètes, où tout se joue à son insu.

Lumet, dans son interprétation, propose certaines réflexions et ouvre plusieurs débats. Il porte d'abords un regard critique sur l'évolution de la technologie et de l'automatisation, voir la robotisation, des processus, amenant une progressive perte de contrôle de l'humain. Personnellement, ce type de réflexions me fait immédiatement penser à Isaac Asimov et ses multiples romans sur les robots.

Un autre débat proposé au cours du film porte sur l'armement nucléaire, entre course effrénée et arrêt de la production. Quelle direction est la plus raisonnable à suivre, afin d'éviter la guerre, ou pour se défendre en cas de guerre. Selon un général, le désarmement nucléaire serait la seule solution pour limiter une éventuelle guerre nucléaire. Le débat est lancé, bien avant l'heure.

Dans Point Limite, Sidney Lumet nous propose un scénario catastrophe et alarmiste, remettant en cause cette course folle à l'armement nucléaire.

Dans Docteur Folamour, Stanley Kubrick, choisit un point de vue sarcastique, en nous faisant croire que la bombe atomique est manipulée par des fous, et que par ce fait, le monde court à la catastrophe. Ceux qui ont vu le Docteur Folamour, interprété de manière extraordinaire par Peter Sellers, comprendront. Son accent germanique, son bras fou et son "mein Führer" lancé naturellement au président des Etats-Unis (également joué par Peter Sellers), participe de manière fabuleuse à son monologue de fin. Le générique de fin, des images d'explosions nucléaires sur fond sonore de Very Lynn ("We'll meet again"), apporte un élément réel et choquant, qui contraste avec le reste du film que l'on regarde avec le sourire.

Et quoi de plus normal que de voir apparaître deux scénarios si proches, étant donné l'atmosphère de psychose de la guerre froide, multipliée par l'erreur jamais totalement évitable. Les deux films méritent le détour.

fail-safe.jpg

Point Limite

Dr.-Strangelove.jpg

Docteur Folamour

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 4 -5-5
commenter cet article

commentaires