Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 23:34

3,5/5 - LUCKY NUMBER SLEVIN (On comprend tout à la fin)

Lucky Number Slevin (2006), c'est une histoire tordue, farfelue, qui se joue essentiellement sur des dialogues très amusants. Amusants, absurdes, et très bien tapés. En plus, ces dialogues sont excellemment joués par des acteurs tels que Josh Hartnett, Bruce Willis, Morgan Freeman, Lucy Liu, Ben Kingsley ou encore Stanley Tucci. Rien que ça.

L'histoire, c'est celle de Slevin, un type tout ce qu'il y a de plus banal, qui débarque dans l'appartement new-yorkais d'un ami, Nick Fisher. Ce dernier n'est pas là, mais la porte étant ouverte, Slevin s'installe. A peine arrivé il se retrouve confronté à deux groupes de gangsters, qui le prennent pour Nick Fisher. A la tête des deux clans, deux ennemis mortels depuis 20 ans : le Boss (Morgan Freeman) et le Rabbin (Ben Kingsley). Chacun exige de Slevin qu'il s'acquitte des dettes de son ami Fisher, qui a disparu, ne voulant rien savoir de ses protestations. Il fait également la connaissance de la voisine de Fisher, Lindsey (Lucy Liu), qui va l'aider à comprendre ce qui lui arrive.

En parallèle, on aperçoit un homme sans expression qui œuvre dans l'ombre, appelé Goodkat (Bruce Willis). L'histoire est lancée.

Lucky Number Slevin nous fait passer un pur bon moment, ponctué d'un twist final agréable, et qui arrive même à nous surprendre en partie.

Une bonne réalisation de Paul McGuigan, qui fait un peu penser à des films de Guy Ritchie, tels que les excellentissimes Arnaques, crimes et botanique (1998) et Snatch (2000). Depuis Paul McGuigan a réalisé ensuite Push (2009), un film d'action de science-fiction qui remplissait son rôle de divertissement, mais rien de plus.

 

Quelques exemples de répliques que l'on retrouve dans Luncky Number Slevin :

- Fisher : Ca c'est une putain d'histoire.

- Goodkat : Charlie Chaplin a voulu participer à un concours de sosie à Monte-Carlo, il a terminé 3ème. Ca c'est une sacrée histoire. Là il s'agit d'autre chose.

 

- Slevin : T'es moins grande que je croyais

- Lindsey : Oui, j'suis petite pour ma taille.

 

- Sloe : Dis ça à un unijambiste mec, comme ça ça lui ferait une belle jambe pour courir !

 

- Le Rabbin : Les malchanceux ne sont pas autres choses qu’un point de référence pour les chanceux... Vous êtes malchanceux afin que, je sache que je ne le suis pas ! Malheureusement, les chanceux ne connaissent leur chance que lorsqu’il est trop tard. Dans votre cas c’est flagrant, hier vous étiez en bien meilleure posture qu’aujourd’hui mais vous ne le constatez qu’aujourd’hui. Cependant, aujourd’hui hélas il s’avère qu’il est déjà trop tard !

 

- Le Rabbin : Mon père disait : le premier qui te traite de cheval met-lui ton poing dans la gueule, le second qui te traite de cheval traite-le de con, mais le troisième qui te traite de cheval, eh bien là il est peut-être temps d'aller te payer une selle.

 

- Slevin : Il y a ce gars qu'on appelle le boss. Et de l'autre côté de la rue, il y a ce gars qu'on appelle le Rabbin.

- Lindsey : Pourquoi on l'appelle le Rabbin ?

- Slevin : Parce qu'il est Rabbin.

- Lindsey : Hum …

 

Et comme en version originale, that always sounds better :

- Fisher : That's a fuckin' story, man.

- Goodkat : Charlie Chaplin entered a Charlie Chaplin look-alike contest in Monte Carlo and came in third. Now, that's a story. This... this is something else.

 

- Slevin : You're not as tall as I thought you'd be

- Lindsey : Well I'm short for my height.

 

- Sloe : Look, look! Tell it to the one-legged man, so he can bump it off down the road.

 

- The Rabbi : The unlucky are nothing more than a frame of reference for the lucky, Mr. Fisher. You are unlucky so that I may know that I am not. Unfortunately, the lucky never realize they are lucky until it's too late. Take yourself, for instance. Yesterday, you were better off than you are today, but it took today for you to realize it, but today has arrived, and it's too late.

 

- The Rabbi : My father used to say : "the first time somebody calls you a horse, you punch'em on the nose, the second time somebody calls you a horse, you call'em a jerk, but the third time

somebody calls you a horse, well, then perhaps it's time to go shopping for a saddle."

 

- Slevin : Well, there's this guy and they call him The Boss, right, and then right across the street, there's this man they call The Rabbi.

- Lindsey : Why do they call him The Rabbi?

- Slevin : Because he's a Rabbi.

- Lindsey : Hum …

Lucky-Number-Slevin-1.jpg

Lucky-Number-Slevin-2.jpg

Lucky-Number-Slevin-3.jpg

Lucky-Number-Slevin-4.jpg

Lucky-Number-Slevin-7.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 3 -5-5
commenter cet article

commentaires