Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 22:29

4,5/5 - LES CHIENS DE PAILLE (Bestialité rurale)

Film réalisé par Sam Peckinpah, en 1971, Les chiens de paille décrit la manière dont la violence appelle la violence, même dans les cas les plus improbables.

David Sumner (Dustin Hoffman), un mathématicien américain, vient vivre dans la campagne anglaise, afin de terminer dans les meilleures conditions un livre sur les mathématiques. Il est accompagné de sa femme Amy (Susan George), qui a séjourné en ces lieux, dans sa jeunesse.

Dès les premiers instants, l'accueil froid des habitants nous plonge dans une ambiance stressante, impression accentuée par une musique pesante. Les hommes du village, les femmes étant quasiment absentes, ont des regards insistants, pleins de sous-entendus malsains, affichant systématiquement une fausse sympathie. On se demande dans quel sens les choses vont tourner l'instant d'après. Immédiatement un malaise s'installe.

La première impression se confirme alors peu à peu. Etant opposé à la violence, la sympathie naïve de David se heurte aux manières rustres des villageois de la bourgade reculée. La violence s'intensifie progressivement, poussant l'innocent couple à réagir avec la même violence.

Dans cette atmosphère de tension, même les sourires sont effrayants. Définitivement, rien n'est bon, rien ne suggère la confiance, dans ce village où les deux valeurs dominantes sont la religion et la violence.

Sam Peckinpah, qui pour la première foi abandonne le genre du western, nous offre un thriller d'une rare violence et d'une rare intensité.

les_chiens_de_paille-5.pngles_chiens_de_paille-1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 4 -5-5
commenter cet article

commentaires