Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 08:35

3/5 - LE CORBEAU (Aux origines des effets spéciaux)

Le corbeau est un film réalisé par Roger Corman en 1962.

Pourquoi voir Le Corbeau ?

Peut-être pour son scénario : le Dr. Erasmus Craven reçoit la visite du Dr. Adolphus Bedlo, sous la forme d'un corbeau. Après que le premier ait rendu la forme humaine au second, ils décident de partir rendre visite au Dr. Scarabus. Bedlo veut se venger d'avoir été transformé en corbeau et Craven espère retrouver sa défunte femme qui aurait été ramenée à la vie par Scarabus. Tous trois étant magiciens, c'est avec magie que tout va se régler.

Peut-être pour ses effets spéciaux : Le Corbeau nous offre un voyage vers des temps oubliés, où les effets spéciaux étaient de réelles prouesses, sans assistance de l'ordinateur. En voyant les tours de passe-passe des magiciens du Corbeau, on sourit, on rit ou on admire la qualité des effets spéciaux de l'époque.

Peut-être pour son casting : Vincent Price, Boris Karloff, Peter Lorre et Jack Nicholson. Vincent Price c'est une des figures emblématiques du cinéma d'horreur, à partir de la fin des années 50, avec des films comme La mouche noir (The Fly, dont David Cronenberg fera un remake en 1986), et régulièrement dirigé par Roger Corman, comme dans La chambre des torture, Le masque de la mort rouge ou La malédiction d'Arkham.

Boris Karloff, outre Bela Lugosi, Christopher Lee ou encore Peter Cushing, est une des figures qui ont marqué le cinéma d'horreur dès ses débuts, dans les années 30. Borris Karloff ne fera de sa carrière que des films d'horreur, ou presque, incarnant notamment Frankenstein et La Momie.

Peter Lorre a fait ses débuts dans M le maudit, de Fritz Lang, en 1931. On le retrouve ensuite notamment dans L'Homme qui en savait trop (Alfred Hitchcock), Casablanca (Michael Curtiz), Le faucon maltais (John Huston), Arsenic et Vieilles Dentelles (Frank Capra) et Le Verdict (Don Siegel).

Jack Nicholson obtient, dans Le Corbeau, son 6ème petit rôle, pour son début de carrière plutôt lent à mettre en route. C'est le deuxième des cinq films qu'il tournera sous la direction de Roger Corman.

le-corbeau-1.jpgle-corbeau.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 3-5
commenter cet article

commentaires