Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 17:55

2/5 - LE COMMANDO DES MORTS-VIVANTS (Shock Waves)

1977, de Ken Wiederhorn. Un beau nanar.

Avec Peter Cushing, un monument de la Hammer et de son cinéma d'épouvante. Du jeu d'acteur aigri du vieillissant bonhomme transparaît surtout la désillusion d'avoir atterri dans une production si pourrie. Et on le comprend! De même pour John Carradine qui campe le rôle d'un vieux loup de mer grincheux, qui, le temps de 2-3 scènes, prouve toute l'étendue de son sale caractère. On en vient à plaindre le pauvre matelot qui le seconde.

Tout commence avec un phénomène que l'on soupçonne d'être paranormal et qui a été réalisé par l'extraordinaire puissance de l'application d'un simple filtre de couleur jaune : hallucinant. Les effets spéciaux d'Avatar ont l'air de trucage de gosses montés au fond d'un garage à côté.

Puis, se succèdent et s'intercalent des ellipses à outrance, un montage scandaleux, un manque total de cohérence dans la suite des événements, des scènes à répétition et d'autres interminables. Bref, on nage en plein drame cinématique.

Shock Waves, c'est donc le récit terrible d'un nazi reclus sur une île, qui a transformé des fidèles soldats en zombies. Loin d'être terrifiant, ces zombies nazis ont surtout l'air passablement shootés, au vu de la lenteur de leurs mouvements. Quand une bande d'amis débarquent sur l'île, c'est le drame. Une course poursuite non effrénée s'engage alors entre les "héros" et les zombies. Notre cœur est à deux doigts de lâcher sous les effets de la tension qui s'emparent de l'entièreté de notre pauvre corps. Certaines scènes sont totalement surréalistes, tant les acteurs interprétant les zombies sont mauvais. Même derrière un masque on apprécie toute l'étendue de leur médiocrité.

On n'oubliera jamais le moment où les protagonistes, en phase de s'échapper, sautent d'un bateau. Alors qu'ils sont déjà bien éloignés de la plage, on s'attend à ce qu'ils doivent se battre contre le courant pour nager vers la berge. Mais à la plus grande surprise, ils se retrouvent avec de l'eau pas plus haut que le niveau des chevilles. J'en suis encore tout ému.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 2-5
commenter cet article

commentaires