Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 19:40

2/5 - LA MAISON AU FOND DU PARC (Rape and Revenge au rabais)

La Maison au fond du parc est un film de Ruggero Deodato, réalisateur célèbre pour le film Cannibal Holocaust. Son œuvre la plus célèbre se fit remarquer par des scènes très réalistes, et la polémique qui gonfla autour. Des rumeurs, clamant que les personnages du film avaient vraiment été mangés par des cannibales, furent si fortes que Deodato dû prouver devant un tribunal, que ceux-ci étaient bien des acteurs, et qu'ils vivaient toujours.

L'histoire de La Maison au fond du parc, c'est celle de deux voyous un peu sadiques, qui s'invitent dans une fête de jeunes fortunés. S'enchainent alors tortures psychologiques, humiliations, viols, et agressions physiques à tout va. Malheureusement, on a beaucoup de peine à y croire, la faute aux acteurs, vraiment pas bons. Rajoutons à cela un doublage nullissime, et cela devient carrément plus possible d'éprouver de la compassion pour les victimes. Il faut dire qu'à part deux ou trois actes de rébellion, le groupe d'amis martyrisés à l'air si résigné que cela en devient plus tout à fait crédible, même venant de jeunes snobinards faisant la fête en costard.

La Maison au fond du parc fait partie du genre appelé Rape and Revenge, avec des arguments faciles et vendeurs tels que violence, torture psychologique, et nudité. Le schéma du genre est simple. Des hommes violent, généralement une femme, qui réussit ensuite à se venger, en y prenant beaucoup de soin et de plaisir. En l'occurrence, dans La Maison au fond du parc, la partie "Revenge" est plutôt pâlotte, et tardive.

Il faut dire que le réalisateur de Cannibal Holocaust nous offre un scénario un peu bizarre. Car, attention [spoiler], on apprend à la fin que le couple, Tom et Lisa, a embarqué les deux psychopathes tout à fait intentionnellement. En effet, leur rencontre est une pure mise en scène qui a pour but d'amener les deux hommes à leur "fête". Pour les punir de quoi ? Du viole et du meurtre de la sœur de Tom. Du coup, on se dit que le groupe est vachement foireux, puisqu'au lieu de se venger, la bande de potes se fait martyriser pendant plus d'une heure.

En fait, ça semble être juste un problème d'organisation, que l'on devine dans l'incohérence des dialogues. Au début du film, Tom dit à Lisa, que la voiture à un problème, et lorsqu'il voit un parking, il s'arrête pour demander de l'aide. Lisa n'a donc pas du tout l'air au courant du stratagème de Tom. Pourtant, à la toute fin du film, le couple discute et l'on apprend alors qu'ils avaient tout prévu, tous les deux. Finalement, peut-être qu'ils auraient du en discuter plus longuement et en parler également à leurs amis…[spoiler]

A l'affiche, dans le rôle du grand méchant, on retrouve David Hess, déjà vu dans un autre film de Rape and Revenge, La dernière maison sur la gauche (1972), de Wes Craven. Dernièrement, on l'a revu dans Smash Cut, un nanar d'horreur, mettant également en scène Michael Berryman, une "gueule" du cinéma, et Sasha Grey, une star du porno, dont les talents d'actrice sont plutôt limités.

On peut reprocher aux acteurs leur talent limité, ou aux doubleurs leur talent limité, mais il est difficile de trop accabler les effets spéciaux ou la lenteur du film, qui dépendent de l'époque. Par contre, on peut être un peu étonné qu'un Deodato, qui, la même année, est allé si loin dans l'horreur avec Cannibal Holocaust, nous serve là un film si soft. Finalement, La Maison au fond du parc se rapproche plus du film érotique d'épouvante, que du film d'horreur psychologique.

La-Maison-au-fond-du-parc.jpgLa-Maison-au-fond-du-parc-1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 2-5
commenter cet article

commentaires