Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 00:35

Romero-5.jpgGeorge A. Romero

Ceux qui aiment les films d'horreur connaissent Romero, ceux qui aiment les films de zombies adorent Romero, ceux qui connaissent Romero l'aiment généralement (sinon, on n'a pas vu ses films et donc on ne le connaît pas), ceux qui ne connaissent pas Romero mais adorent les films de zombies devraient vraiment connaître Romero, etc. Mais Romero, ce n'est pas que de simples films d'horreur. C'est l'utilisation de l'horreur pour critiquer tel ou tel fait de société.

Dès ses débuts, dès sa première réalisation, dès son premier film, George A. Romero nous a offert un film qui restera à tout jamais dans les mémoires. Avec La Nuit des morts-vivants (The Night of the Living Dead), en 1968, il pose les marques, construit la base, établit une référence dans ce sous-genre du cinéma d'horreur (pour un budget de seulement 114'000 dollars). Ce film forme la première étape d'une trilogie, évoluera peu à peu en une hexalogie. Il construira cette saga de 6 épisodes, autour du thème des zombies, tout au long de sa carrière.

Night-of-the-living-dead.jpgLa Nuit des morts-vivants annonce la naissance des zombies, le début du chaos. Un remake sera réalisé en 1990 par Tom Savini, une légende du cinéma d'horreur, en tant que maquilleur et en tant qu'acteur, qui a de nombreuses fois travaillé avec Romero. Il aurait d'ailleurs dû travailler comme maquilleur sur son premier film, mais fut envoyé au Vietnam peu avant. Pour le remake de Savini, Romero tiendra les rôles de scénariste et de producteur exécutif.

Pour ce premier film, à si petit budget, tout le staff y joue un petit rôle en tant qu'acteur : Romero, le co-scénariste John A. Russo, ainsi que les producteur Karl Hardman et Russel Streiner. Hardman tient même un des rôles principaux.

Un remake sera également réalisé, en 3D, par Jeff Broadstreet, en 2006, sa première réalisation. On y retrouve notamment Sid Haig, le Capitaine Spaulding de The Devil's Reject.

Dawn-of-the-dead.jpgEn 1978, le deuxième volet de ce cycle zombiesque est réalisé avec le film Zombie (Dawn of the Dead). Film culte, qui voit un groupe de personne se réfugier dans un immense centre commercial, pour survivre face à la menace des zombies, qui ont envahi les rues. Ce film culte fera l'objet d'un excellent remake, également intitulé Dawn of the Dead, en 2004, réalisé par Zack Snyder.

Zombie fut Co-produit  par le grand Dario Argento, également co-scénariste et compositeur. Tom Savini y joue le rôle d'un motard, co-leader d'un gang, mais tient également les rôles de responsable maquillage et cascadeur. On retiendra notamment ce dialogue mythique :

Francine Parker: They're still here.

Stephen: They're after us. They know we're still in here.

Peter: They're after the place. They don't know why, they just remember. Remember that they want to be in here.

Francine Parker: What the hell are they?

Peter: They're us, that's all, when there's no more room in hell.

Stephen: What?

Peter: Something my granddad used to tell us. You know Macumba? Voodoo. My granddad was a priest in Trinidad. He used to tell us, "When there's no more room in hell, the dead will walk the earth."

Day-of-the-dead.jpgEn 1986, Le Jour des morts-vivants (Day of the Dead), qui fera l'objet d'un remake réalisé par Steve Miner en 2008, vient terminer la trilogie. Les morts-vivants ont alors envahi le monde, et il ne reste plus que quelques humains qui ont survécu au chaos. Romero y fait un caméo, en y jouant le rôle d'un zombie. Tom Savini, fidèle, est encore une fois responsable maquillage et effets spéciaux.

2005 voit la sortie d'un quatrième volet à la saga des morts-vivants de Romero, près de 20 ans après la clôture de sa trilogie initiale.  Le Land-of-the-dead.jpgTerritoire des morts (Land of The Dead) marque un tournant dans l'histoire des zombies, une petite révolution. En effet, on assiste pour la première fois à une évolution dans leur manière d'agir… et de penser. Car petit à petit, ces monstres sans cervelles se mettent à tirer des conclusions, à penser, et même à réfléchir. Ils ne se contentent plus d'avancer droit devant eux, et à continuer à marcher droit devant eux, même s'ils font face à un mur. Un type un peu plus malin comprend même comment frapper avec un objet, et devient rapidement un leader. Land of the Dead, c'est aussi un film à message politique, dénonçant le pouvoir de l'argent. Dennis Hopper est d'ailleurs excellent en maître d'une ville assiégée par les zombies, divisée par d'injustes classes sociales.

On y retrouve également celui qui a commencé sa carrière par un rôle dans Les Contes de la Crypte et qui est connu depuis 2008 pour être Le Mentaliste, Simon Baker. A ses côtés, Asia Argento, la seconde fille de Dario Argento.

Diary-of-the-dead.jpgGeorge A. Romero enchaîne ensuite, en 2007, avec Diary of the Dead - Chronique des morts vivants (Diary of the Dead). Des étudiants en cinéma, qui tournent un film en forêt, apprennent que des zombies envahissent le pays. On va alors vivre avec eux, en direct, grâce à leurs propres images, leur survie dans ce nouvel environnement hostile. Romero ajoute donc à ce cinquième volet une touche de modernité (technique) en filmant camera au poing, et en donnant l'illusion au spectateur que les images sont de vraies images retrouvées (principe lancé par des films comme Projet Blair Witch, Rec, ou Cloverfield).

Pour ceux qui se demande si Romero ne finirait pas par s'essouffler, après autant de films sur les zombies, et bien la réponse et non. Ce film remporte d'ailleurs un grand succès auprès des critiques, et du publique. A l'affiche, l'inconnue Michelle Morgan, rien à voir avec Michèle Morgan, et le non moins inconnu Shawn Roberts, déjà vu dans Le Territoire des morts. On notera les amusantes participations en guest star de Stephen King et Wes Craven (La Dernière maison sur la gauche, La Colline a des yeux 1 et 2, Freddy Chapitre 1 et 7, Scream 1, 2, 3, 4 et bientôt 5, La Musique de mon cœur, un de ses rares films qui n'est pas d'épouvante), deux autres maîtres de l'horreur.

survival-of-the-dead.jpgEn 2009, Romero nous gratifie d'un sixième et, à ce jour, dernier épisode d'une œuvre à jamais exceptionnelle, Survival of the Dead. Ce volet traite davantage de la douleur ressentie par la perte d'un membre de sa famille ou un ami, devenu zombie. En trame de fond, le combat haineux et légendaire entre deux familles qui se déchirent, piégés sur la même petite île. Au centre du conflit, les expériences de l'une des familles, visant à ramener l'humanité de proches zombifiés. Un conflit qui se termine en apothéose par une scène passablement absurde. Ce sixième volet est peut-être le moins bon de la saga, même si cela reste du Romero. On devient pourtant de plus en plus difficile avec le maître.

A part cela, une idée extraordinaire de Romero lie ses deux derniers volets. Dans Diary of the Dead, le groupe de survivants que l'on suit est arrêté par un groupe de militaires, plutôt hostiles. Ce que l'on ne sait pas encore, c'est que ces hommes feront partie des personnages que l'on suivra dans Survival of the Dead.


En dehors de sa célèbre saga "Zombie", George A. Romero a évidemment réalisé plusieurs films, principalement des histoires d'épouvante, qui vont du très bon au moins bon.

There-s-Always-Vanilla.jpg1971 : There's Always Vanilla, une comédie dramatique, l'histoire d'une rock star qui décide de tout arrêter et rentrer chez lui, à Pittsburgh.


1973 : Season of the Witch, l'histoire d'une femme qui se retrouve mêlée à la sorcellerie et au meurtre. Joan s'embourbe dans l'ennui de son rôle de femme au foyer des années 60-70. Son mari est un homme d'affaire peu communicatif, et leur fille de 19 ans est également distante. Joan Season-of-the-Witch-1.jpgdécouvre alors la sorcellerie et y prend peu à peu goût, en y trouvant un moyen de casser la monotonie du quotidien. On s'identifie rapidement à cette femme, qui s'emmerde, il faut bien le dire, et qui est à la recherche d'un peu de fun. Sa vie est morne et déprimante, jusqu'au jour où la sorcellerie entre en jeu. Romero finit par nous attraper dans ce film, non pas grâce à des scènes d'horreur explicites ou de suspens de haut vol (quoique si l'on n'aime pas les masques, il y en a une qui est pas mal), mais avec un excellent travail de montage, associé une bande-son adéquate. Season of the Witch fait partie de ce genre de films qui datent, qui n'ont pas pris de rides, ou alors de bonnes rides, qui ne portent pas préjudice. Le côté oldschool est même plutôt appréciable, du moment que l'on apprécie les modes de cette époque (habillement, coiffures, etc.). C'est par exemple dans ce genre de film que jadis l'on se rappelle qu'on fumait partout.

A voir : les scènes de rêves de Joan, qui semble sortir tout droit d'un mauvais trip sous LSD.

The-crazies-1.jpg1973 La Nuit des fous vivants (The Crazies), où la folie devient contagieuse.  Un très bon remake a été réalisé en 2010 par Breck Eisner, avec Romero en producteur exécutif.

  Martin-copie-1.jpg

1977 Martin.

Il y rencontre Christine Forrest, avec qui il se mariera et aura 3 enfants.

Knightriders.jpg1981 : Knightriders, une histoire de motards avec Ed Harris,   Tom Savini  et Stephen King  

 1982 : Creepshow : première adaptation d'un roman de Stephen King, qui tient d'ailleurs un rôle, avec Ed Harris, Ted Danson, Leslie Nielsen, Tom Savini. En 1987 : Romero est scénariste avec Stephen King, pour Creepshow 2.

monkeyshines.jpg1988 : Incidents de parcours (Monkey Shines) on s'éloigne de l'horreur pure pour ce film, qui est plutôt un film fantastique à grand suspens. Un homme paralysé à l'occasion d'être assisté, de manière expérimentale, par une petite guenon. Le fidèle compagnon va alors se révéler particulièrement jaloux. Nouveau film et nouvelle collaboration avec Tom Savini au maquillage.

1989 : co-scénariste de Darkside, les Contes de la Nuit noire, avec Michael McDowell. Darkside est un recueil de 3 histoires réalisée d'après des œuvres d'Arthur Conan Doyle, de Stephen King et de Michael McDowell, lui-même, mettant en scène notamment Christian Slater, Steve Buscemi et Julianne Moore.

1990 : il est producteur exécutif  de La Nuit des morts-vivants, le remake de Tom Savini.

Deux-yeux-malefiques.jpg1990 : Deux yeux maléfiques : l'adaptation de deux nouvelles d'Edgar Allan Poe par deux maîtres du cinéma d'horreur : Romero et Dario Argento.

 

1991 : il joue un rôle de guest star dans Le Silence des Agneaux, en interprétant le rôle d'un agent du FBI.

 

The-dark-half.jpg1993 : il réalise une deuxième adaptation d'un roman de Stephen King, La Part des ténèbres, qui raconte l''histoire d'un personnage de romans très violents, qui prend vie, lorsque son auteur décide de mettre un terme à son histoire.

bruiser.jpg

2000 : Romero revient avec un nouveau film, après 7 ans d'absence, en signant  Bruiser. Ce film reçoit un accueil mitigé. C'est l'histoire d'un homme dépassé, écrasé par son entourage (femme, patron et ami) qui se moque de lui. Il va se transformer en un tout autre homme lorsqu'il se réveille un jour avec un masque imprimé sur son visage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Réalisateurs
commenter cet article

commentaires