Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:27

3,5/5 - DOGVILLE (Théâtre + cinéma = Dogville)

Une expérience unique. Un film joué sur une scène, avec que quelques décors parsemés. Les façades des maisons sont uniquement marquées par des lignes de peinture, sur le sol. Une telle mise en scène, afin que le spectateur se concentre uniquement sur le jeu des acteurs. Le film dure le temps de 9 chapitres, 3 heures, et est narré par John Hurt (encore faut-il le voir en vo. Il  le faut, en vérité).

Une réflexion humaine et parfois critique de l'individu. Rien n'est jamais gratuit, et derrière la bonté, la solidarité, la charité, se cache peut-être un intérêt, un profit possible.

Beaucoup de moments lourds de sens. Comme lorsque Chuck menace Grace de montrer son mouchoir, portant ses initiales, à la police, pour dénoncer sa présence dans la ville. Une fois cette menace posée, il la viole. Une fois terminé, il dépose le mouchoir en question sur le corps de Grace, afin qu'elle puisse sécher ses larmes. Très Fort.

Difficile pour Grace de s'adapter à tous les citoyens d'une ville, tout d'un coup. Surtout une ville si petite, avec des habitants si particuliers. Par exemple Chuck qui veut que Grace lui témoigne du respect en couchant avec lui. Ou Jason, le fils de Chuck, qui réclame que Grace le punisse par des fessées, afin de gagner son propre respect.

Un drame, qui se termine par un générique composé de très belles photos, montrant la misère aux Etats-Unis, sur la chanson "Young Americans", de Davide Bowie.

Dogville est une réalisation de Lars von Trier, de 2003. Ce film est le premier d'une trilogie consacrée à l'Amérique. Les deux films qui complètent la trilogie sont Manderlay (2007) et Washington, pas encore réalisé. A l'affiche, un casting impressionnant. Grace est interprétée par Nicole Kidman, excellente. A ses côtés, on peut notamment citer Lauren Bacall (Le Crime de l'Orient-Express), Stellan Skarsgard (récemment dans Melancholia), Paul Bettany (Chevalier, Un Homme d'exception), James Caan (Le Parrain, Misery), Chloë Sevigny (Boys Don't Cry, Fight for Your Right Revisited), ou encore Ben Gazzara.

 

[SEMI-SPOILER] Dans ce film, il est intéressant de constater la manière dont les gens changent. Au début Grace est inutile, car les habitants n'ont aucun besoin. Puis, plus tard, plus personne ne peut, et ne veut, se passer de ses services. Sous couvert que la police la recherche, et qu'il est donc dangereux de la cacher, on lui en demande même de plus en plus. Elle leur est continuellement redevable. Toute excuse est bonne pour s'octroyer ses services, ou ses faveurs charnelles. Celle que personne ne voulait est alors progressivement transformée en prisonnière, en esclave, et en prostituée. Sa faiblesse est exploitée.

Mais Grace est une sorte de sainte. Elle pardonne tout ce qu'on lui a fait subir, estimant que les actes des habitants de Dogville ne sont que le résultat de leur faiblesse. Elle va même jusqu'à préférer rester dans cette ville où elle souffre, dans un premier temps, plutôt que de retourner habiter avec son père, qui est un parrain de la mafia. En quelque sorte, elle accorde sa grâce aux habitants de Dogville.

Même lorsque Grace finit par penser que le monde vivrait mieux sans Dogville, on a l'impression qu'elle pense ainsi pour le bien de la société, mais pas tellement pour assouvir un besoin de vengeance [SEMI-SPOILER].

dogville-2.jpgdogville-1.jpg


Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 3-5
commenter cet article

commentaires