Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 17:31

5/5 - BLOOD FREAK (histoire d'horreur à la morale chrétienne)

1972, réalisé par Brad F. Grinter et Steve Hawkes. Steve Hawkes, n'est pas seulement co-réalisateur mais également le scénariste, le producteur et l'acteur principal. Ce croate d'origine, né Steve Sipek, a déjà joué un pseudo tarzan dans les films espagnols Tarzán en la gruta del oro et Tarzán y el arco iris, à l'image de Johnny Weissmuller, dont il est fan. Dans son film Blood Freak, il campe le premier rôle, celui d'une sorte d'Elvis qu'on dirait tout droit sorti de Bollywood. Le pauvre biker se retrouve transformé en dindon, à cause d'une expérience effectuée par des scientifiques relativement underground. En fait, le fin mot de l'histoire nous révèle que la vérité est légèrement différente. Mais n'en disons pas plus! Cela gâcherait tout le plaisir!

Tout commence par un discours qui se caractérise par son incohérence et sa vague argumentation pro-chrétienne-anti-drogue. Il nous est dispensé par un moustachu assis à un bureau, fumant sa clope et argumentant d'une manière tout ce qu'il y a de plus solennelle. On est immédiatement capté par le côté oldschool de l'image VHS altérée, accompagnée de ses lignes horizontales parcourant l'écran de haut en bas.

Blood-Freak-2.jpgUne fois le discours introductif, dénué de sens et d'une quelconque utilité, passé, on pense que le sermon est terminé et que l'on va enfin assister à de l'horreur. On se doute bien que l'on ne va pas se vomir dessus, comme c'est parti, mais on s'attend au moins à quitter la séance de catéchisme. Et bien non! Car alors qu'on pensait que le personnage principal était un biker badass, c'est en fait à un tout autre genre que l'on a affaire. Notre pseudo Elvis est en fait un ancien drogué repenti qui prône en permanence l'abstinence totale. A ses yeux, une taffe sur un joint est synonyme de comportement relevant du plus grand danger. Bref, notre loubard s'avère être un rabat-joie de première.

Il fait la rencontre d'Angel, en panne sur l'autoroute, qui porte bien son nom, puisque la jeune femme est une catholique convaincue. Contrairement à sa sœur Ann, qui elle préfère la drogue, la came, consommée en compagnie de son ami/dealer Jim, lors de soirées de débauches immondes et dégueulasses. Herschell (Elvis), qui devient Richard en français, est perdu face à ces deux femmes. Angel représente ses convictions, mais c'est pourtant d'Ann dont il tombe amoureux. La situation est terrible pour lui.

Blood-Freak.jpgPuis, tout s'enchaine. Il craque et tire une taffe sur un joint. En fait, c'est Ann qui joue sur la corde sensible en mettant en doute le courage de Richard. Le biker attrape alors le joint et lui démontre qu'il ose! Dans la foulée, deux scientifiques, travaillant dans le laboratoire underground du père des deux femmes, proposent à Richard de participer à une expérience. Tester de la viande de dinde , avant de pouvoir la commercialiser. Un des scientifiques use des mêmes ruses que la jolie Ann en lui disant que "du reste il ne lui semble pas être du genre à avoir peur de quoi que ce soit, de toute façon". En contrepartie, ils pourront lui fournir de la drogue ou plutôt "juste un extra ajouté au bonus". Le pauvre Richard accepte et va vivre un véritable enfer. L'homme-dindon est né.

Mince, j'ai peut-être réussi à faire croire à une vraie histoire. En fait, le scénario est totalement fou et dénué de sens. Il parait extrêmement probable que les scénaristes avaient un amour pour les drogues qui contraste avec la morale du film. Mais attendez... nous aurions alors affaire à du deuxième degré! On peut en tout cas l'espérer pour ses créateurs.

Mais la plus grande part de la richesse de Blood Freak ne réside ni dans le scénario, ni dans le look seventies des acteurs moustachus, mais dans ses doublages absolument hors norme. Des doublages complètement surréalistes et peut-être (sans doute, oui!) à moitié improvisés. Ils sont interprétés par des doubleurs qui imaginent nécessaire d'articuler chaque syllabe distinctement, de manière à former des dialogues totalement dénués de naturel. Le paroxysme de la jouissance de l'esprit nous traverse jusqu'au bout des orteils, lorsque des dindons sont doublés par des humains. Les doublages de Blood Freak sont tou simplement et certainement les pires que l'on puisse trouver, en dehors de l'amateurisme, et encore. Evidemment, dans le présent contexte cette nullité sans borne est synonyme d'éclats de rire et de sentiments de bonheur particuliers. Autant dire que c'est à voir absolument.

Blood-Freak-1.jpgLes textes de Blood Freak peuvent se résumer en une rhétorique abracadabrantesque faisant l'apologie de l'église face au fléau de la drogue. Autant dire que c'est très drôle.

Et on peut encore dire un grand Merci à toute l'équipe de doubleurs francophones qui ont fait un travail qui participe nettement à propulser Blood Freak dans la catégorie des plus grands nanars. Spécial remerciement pour CE dialogue :

- Vous n'allez pas me croire. C'est fouuu… c'eeest comme dans Star Trek, ou comme dans Le retour des Gudies.

- Ah ah ah. Jim, il est là, mais il est parmi les Gullies. T'as sniffé de l'opium ou quelque chose récemment ? J'pense que tu f'rais un fameux Gullies!

Mais au fait, qu'est-ce qu'un Gudies, ou un Gullies ??! Ce n'est pas faute d'avoir cherché et toute théorie sera la bienvenue. Mes compagnons de visionnage et moi-même en avons déjà torpillé une première, la référence au Goonies. Les doubleurs auraient improvisé. La fille fait alors référence à Star Trek ou au retour des Goonies. Mais elle fourche un peu sur le titre et dit Gudies au lieu de Goonies. Quant au moustachu, ne connaissant pas le film, il répète en disant Gullies au lieu de Gudies au lieu de Goonies. Théorie qui pourrait être acceptée si l'on faisait abstraction du fait que Les Goonies date de 1985 alors que Blood Freak a été réalisé en 1972. De plus, Le retour des Goonies n'existe tout simplement pas. Et plouf, dans l'eau!

J'ajouterais encore que, pour les fans de Steve Hawkes, celui-ci a joué dans 2056 Escape from Zombie Island, en 2012.

 


Démonstration de rire par deux acteurs de génie 

 


Une scène d'anthologie du nanar d'horreur

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Nanars
commenter cet article

commentaires