Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Dr-Strangelove
  • Le blog de Dr-Strangelove
  • : Surtout du cinéma
  • Contact

Citation

"David Lynch sait si bien raconter des histoires que parfois on a l'impression qu'il en raconte une, alors que ce n'est pas le cas" Roman Polanski

Recherche

Liens

21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 14:33

3/5 - ASSAULT (Assiégés)

Assaut (Assault on Precinct 13), réalisé en 1976, est un des films marquants du début de carrière de John Carpenter (Deuxième long-métrage, après Dark Star).

Assaut verse rapidement dans une rare violence et une grande cruauté. La violence est le thème qui maintient le spectateur en haleine, durant toute la séance.

Différentes personnes se retrouvent dans un commissariat d'un quartier difficile, qui ferme ses portes définitivement le lendemain matin. Deux secrétaires, un policier et un lieutenant sont chargés de tenir le commissariat jusqu'au lendemain. Ils s'apprêtent à passer une nuit ennuyeuse, lorsque débarque un convoi de trois prisonniers. L'homme qui est chargé du transfert des trois condamnés à mort vient demander de l'aide, pour l'un des prisonniers qui est sérieusement malade. Peu de temps après, débarque un autre homme, poursuivi par une bande de voyous armés. Celui-ci a tué un des leurs pour venger le meurtre totalement gratuit de sa propre fille.

La bande de voyous se transforme rapidement en horde, et c'est un véritable siège que subit le commissariat. Ainsi, les morts s'enchainent. Pour la survie, policiers et prisonniers vont alors devoir allier leurs forces.

Pendant tout le film, pas un seul mot n'est prononcé par les assaillants du commissariat. Pas de semonces, de revendications ou de menaces. Ils semblent dénués d'émotion. Un élément qui participe à les rendre encore plus effrayants, plus sauvages.

Au final, Assault allie action, violence, et suspens, relevés par quelques réflexions sociologiques.

Tiré par les cheveux et beaucoup plus orienté sensationnel, un remake a été réalisé par Jean-François Richet en 2005 (Assaut sur le central 13 - Assault on Precinct 13). Malgré les présences de Laurence Fishburn (Matrix), Ethan Hawke (Bienvenue à Gattaca) et Gabriel Byrne (Usual Suspects), ce remake intitulé n'apportera rien à l'œuvre originale. Au contraire, elle l'a dénature, en modifiant la trame de l'histoire, notamment en y ajoutant d'absurdes histoires de complot. La violence brute du film original est remplacée par une orgie de fusillade et d'action qui réduit l'impact sur le spectateur. La touche de modernité qui a été ajoutée ne fait pas mouche. Le film de Carpenter n'en avait d'ailleurs pas besoin.

On peut également citer Nid de guêpes, film français réalisé en 2001. L'histoire fait immédiatement penser au film de Carpenter (certains parle même d'un copier/coller français), tant le concept est proche, même si son réalisateur Florent Emilio Siri ne le site même pas dans les films qui l'ont inspirés. Mauvaise foi ou pur hasard, à vous de juger.

Pour la petite histoire, Assaut est déjà en quelque sorte un remake. En effet, Carpenter voulait faire un western, mais n'avais pas le budget. Il réalisa donc un western moderne, basé sur l'excellent western Rio Bravo (1959, réalisé par Howard Hawks, avec John Wayne, Dean Martin). Il est compositeur de la bande originale, et également monteur. Pour ce job, il est crédité sous le nom de John T. Chance, le nom du personnage interprété par John Wayne dans Rio Bravo, clin d'œil à Howard Hawks qu'il admire. Plus tard, en 1982, il réalisera avec The Thing, une autre œuvre majeur de sa filmographie, un nouveau remake d'un film co-réalisé (non crédité) et produit par Howard Hawks, The Thing from another world.

Assaut.jpgAssaut-1.jpgAssaut-4.jpgAssaut-5.jpg


Partager cet article

Repost 0
Published by Dr-Strangelove - dans Critiques 3-5
commenter cet article

commentaires